ActualitésSanté

L’espérance de vie en bonne santé en Afrique augmente de près de 10 ans (OMS)

L'espérance de vie en bonne santé chez les Africains vivant principalement dans les pays à revenu élevé et intermédiaire de la tranche supérieure du continent a augmenté presque de 10 ans, l'agence de santé des Nations Unies, l'OMS, a déclaré jeudi.

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé la bonne nouvelle après avoir examiné les données sur l’espérance de vie dans les 47 pays qui composent le QUI Région africaine de 2000 à 2019, dans le cadre d’un rapport à l’échelle du continent sur les progrès de l’accès aux soins de santé pour tous – une clé SDG cible.

“Cette hausse est plus importante que dans toute autre région du monde au cours de la même période”, a déclaré l’OMS, avant d’avertir que l’impact négatif de la Covid-19 la pandémie pourrait menacer « ces gains énormes ».

En meilleure santé plus longtemps

Selon le rapport de l’agence onusienne, Suivi de la couverture sanitaire universelle dans la Région africaine de l’OMS 2022, l’espérance de vie sur le continent est passée à 56 ans, contre 46 au tournant du siècle.

“Bien qu’elle soit encore bien inférieure à la moyenne mondiale de 64 ans, au cours de la même période, l’espérance de vie en bonne santé dans le monde n’a augmenté que de cinq ans”, a-t-il expliqué.

Le continent les ministères de la santé devraient être reconnus pour leur « effort » pour améliorer la santé et le bien-être des populations, a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur régional de l’OMS pour l’Afrique.

En particulier, le continent a bénéficié d’un meilleur accès aux services de santé essentiels – passant de 24 % en 2000 à 46 % en 2019 – ainsi que de progrès en matière de santé reproductive, maternelle, néonatale et infantile.

Avantages de lutter contre la maladie

Des progrès considérables dans la lutte contre les maladies infectieuses ont également contribué à l’allongement de l’espérance de vie, a déclaré l’OMS, soulignant l’intensification rapide des mesures de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme à partir de 2005.

Malgré ces initiatives bienvenues dans la prévention et le traitement des maladies infectieuses, l’agence des Nations Unies a averti que ces gains avaient été compensés par une augmentation “spectaculaire” de l’hypertension, du diabète et d’autres maladies non transmissibles, en plus du manque de services de santé ciblant ces maladies.

« Les gens vivent plus longtemps et en meilleure santé, avec moins de menaces de maladies infectieuses et un meilleur accès aux soins et aux services de prévention des maladies », a déclaré le Dr Moeti.

« Mais les progrès ne doivent pas s’arrêter. À moins que les pays ne renforcent leurs mesures contre la menace du cancer et d’autres maladies non transmissibles, les gains en matière de santé pourraient être compromis. »

Résister à la prochaine menace mondiale

Il sera crucial de protéger ces précieux gains de santé contre l’impact négatif du COVID-19 – “et le prochain agent pathogène à venir” -, a insisté le responsable de l’OMS, car l’agence des Nations Unies a noté qu’en moyenne, les pays africains ont connu une plus grande perturbation des services essentiels, par rapport aux autres régions.

Au total, plus de 90 % des 36 pays qui ont répondu à l’enquête de l’OMS de 2021 ont signalé une ou plusieurs interruptions des services de santé essentiels, la vaccination, les maladies tropicales négligées et les services de nutrition étant les plus durement touchés.

“Il est crucial que les gouvernements augmentent le financement de la santé publique”, a insisté l’OMS, ajoutant que la plupart des gouvernements en Afrique financent moins de 50% de leurs budgets nationaux de santé, ce qui entraîne d’importants déficits de financement. “Seuls l’Algérie, le Botswana, le Cabo Verde, l’Eswatini, le Gabon, les Seychelles et l’Afrique du Sud” financent plus de la moitié de leurs dépenses de santé, note-t-il.

L’une des principales recommandations de l’OMS à tous les gouvernements qui cherchent à améliorer l’accès aux soins de santé est qu’ils réduire les dépenses « catastrophiques » des ménages en médicaments et consultations.

Les ménages qui consacrent plus de 10 % de leurs revenus à la santé entrent dans la catégorie « catastrophique ». Au cours des 20 dernières années, les dépenses personnelles ont stagné ou augmenté dans 15 pays africains.

Source : europeantimes.news

 

Commentaires

Guy Martial Kouassi

Guy Martial Kouassi, Journaliste Web à Ivoirehandicaptv.net depuis 2019. Auparavant, j'ai exercé ce métier tout d'abord sur le site internet www.lebabi.net dans les rubriques Faits divers et High Tech en 2013, ensuite dans le journal papier ''La Synthèse'' au service culture et en ligne www.lasynthèse.net en 2017
Bouton retour en haut de la page
X