Sport

L’ancien professionnel Seydou Traoré et sa fondation pour la relance du tennis ivoirien

Débuté le mercredi 14 juillet 2021, le Tournoi de tennis des jeunes a pris fin le samedi 17 juillet 2021, au Club de tennis du Sofitel Hôtel Ivoire, à Abidjan, dans la commune de Cocody. Organisé par Share tennis foundation, en collaboration avec la Fédération ivoirienne de tennis, cette compétition de jeunes a vu la participation de 80 joueurs filles et garçon, dans 6 catégories.

Des 9 finales jouées ce jour, Kouakou Anna est sortie vainqueur chez les moins de 10 ans filles, et Dabiré Samuel a été vainqueur chez les moins de 10 ans garçons. Le trophée des poussines a été remporté par Adon Iris et celui des poussins par Kouassi David. Le vainqueur des benjamins est Touré Moustapha. Au niveau des minimes filles et des minimes garçons, les champions sont respectivement Kouakou Marie Ange et Wandaogo Hamed. Ilboudo Yves Crépin a remporté la finale des cadets ; quant à Hoimain Francky Martial, c’est à lui qu’est revenue la coupe des juniors garçons.

Seydou Traoré, président de la Share tennis foundation, a confié, après la remise des différents trophées, que « l’objectif est de promouvoir le tennis ivoirien dont le niveau n’est pas satisfaisant depuis au moins une décennie ».

Ancien professionnel du tennis, Seydou Traoré, qui a fait ses premiers pas en Côte d’ivoire avant de se retrouver aux Etats-Unis, affirme avoir été soutenu à un moment donné de sa vie de sportif. «C’est ici que j’ai attrapé ma première rackette, donc je veux faire pareil pour d’autres personnes. Ce que je fais avec ma fondation ».

Et pour joindre l’acte à la parole, en plus d’occuper sainement la jeunesse à travers le Tournoi de tennis des jeunes, Seydou Traoré a offert des rackettes, des paires de tennis et des balles de tennis à ces enfants dont la majorité n’est pas issue de familles huppées. « Nous connaissons les réalités de la Côte d’Ivoire. Le tennis est un sport cher ici car nous n’avons pas d’usines, d’équipementiers. Le matériel de tennis est importé et il coûte cher. C’est la raison pour laquelle nous les remettons gratuitement aux enfants, surtout démunis, avec l’aide d’un partenaire aux Etats-Unis », a révélé le président de Share tennis foundation.

Par ce geste, il espère contribuer à la relance du tennis ivoirien. Et dans cette optique, Seydou Traoré compte organiser au moins 3 compétitions de tennis par an en Côte d’ivoire, avec la collaboration de la Fédération ivoirienne de tennis.

Herman Bléoué

2 commentaires

  1. You actually make it seem so easy with your presentation but I find this topic to be really something that I think I would never understand. It seems too complicated and extremely broad for me. I’m looking forward for your next post, I will try to get the hang of it!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X