Sensibilisation au handicapTechnologie

Japon : bientôt un café tenu par des personnes handicapées pilotant des avatars robotisés

Un café où des robots servent les clients ouvrira en juin à Tokyo. Des personnes souffrant de handicaps graves et ayant des difficultés à sortir de chez elles contrôleront à distance les robots “avatars” qui serviront des boissons et discuteront avec les clients.

Un jeune chercheur en robotique, qui s’est donné pour mission d’”éliminer la solitude” grâce à ses expériences d’absentéisme scolaire et de retrait social, a mis en pratique l’idée qui lui tient à cœur.

Publicité

Le “Avatar Robot Cafe DAWNver.beta” doit ouvrir le 21 juin dans le quartier de Nihombashi, à Tokyo, et a réuni les fonds nécessaires à son fonctionnement grâce au crowdfunding. Le projet a été planifié par Kentaro Yoshifuji, 33 ans, chercheur en robotique et PDG cofondateur d’Ory Laboratories Inc.

Un robot de 120 cm piloté par une personne handicapée

Le café disposera de 70 places assises sur un espace d’environ 170 mètres carrés, et servira différents types de café, de repas, etc. Il sera accessible aux fauteuils roulants, y compris aux fauteuils roulants de type civière, et sera entièrement sans obstacle, avec une alimentation électrique pour recharger les équipements médicaux. L’une des particularités de l’établissement est le “OriHime-D”, un robot mobile de 120 centimètres de haut qui sert les clients et dirige l’ensemble de l’établissement.

OriHime-D n’est pas un robot automatique basé sur l’intelligence artificielle. Chaque robot a son propre pilote. C’est la raison pour laquelle on les appelle “avatar”.

Les pilotes sont des personnes souffrant de handicaps physiques graves, originaires de tout le pays, tels que la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et l’amyotrophie spinale (SMA) et dont la mobilité est limitée. Ils contrôlent le robot à distance depuis leur domicile ou leur hôpital. En outre, un patient atteint de SLA, qui était auparavant barista, fera fonctionner un “télé-barista” sur mesure en saisissant des données dans un ordinateur pour préparer une tasse de café selon le goût du client.

Comment ça fonctionne?

Selon les laboratoires Ory, OriHime se déplace grâce au regard du pilote et au contrôle de l’ordinateur du bout des doigts. Il peut également parler à ses “invités” par le biais de haut-parleurs et exprimer ses intentions en déplaçant le visage et les bras d’OriHime vers le haut, le bas, la gauche et la droite.

OriHime dispose d’un microphone et d’une caméra intégrés, de sorte que le pilote peut voir les expressions et les mouvements des invités qui se trouvent devant la machine. Cela leur permet de voir comme s’ils y étaient, et de communiquer avec les autres de manière flexible. Des voix artificielles sont également disponibles pour ceux qui ont des difficultés à parler.

Une idée sur base de l’histoire personnelle du fondateur

Le développement d’OriHime par Yoshifuji a été influencé par son enfance. Comme il était souvent malade, absent de l’école ou hospitalisé, il manquait souvent des cours. Pendant trois ans et demi, de la cinquième année de l’école primaire à la deuxième année du collège, il a séché les cours et est resté à la maison, ce qui lui a fait réaliser, même enfant, à quel point il était seul.

À la suggestion de sa mère, il a participé à une activité de construction de robots, ce qui l’a conduit à entrer dans un collège technique. Cependant, il avait du mal à suivre les cours et à communiquer avec ses amis, et il se sentait mal à l’aise dans la vie.

En poursuivant ses recherches sur les robots à l’université de Waseda, Yoshifuji a eu l’idée de communiquer avec les gens par le biais de robots. Son expérience du sentiment de solitude lors de son ancienne hospitalisation l’a conduit à travailler sur des recherches visant à fournir aux enfants hospitalisés à long terme un outil leur permettant de communiquer avec leur famille, ce qui a conduit au développement du premier OriHime. En 2012, alors qu’il est encore à l’université, il crée les laboratoires Ory.

Une belle rencontre qui a tout changé

C’est à cette époque que Yoshifuji a rencontré Yuta Banda, alors âgé de 24 ans et vivant à Morioka, dans la préfecture d’Iwate, qui avait été impliqué dans un accident de voiture à l’âge de 4 ans et avait été hospitalisé pendant 20 ans, alité, avec une blessure à la moelle épinière.

Après avoir appris l’existence d’OriHime, Banda a envoyé un message à Yoshifuji par le biais des médias sociaux au cours de l’hiver 2013, disant : “Je vous encourage. Je veux joindre mes forces aux vôtres si nous partageons le même rêve.”

L’année suivante, Yoshifuji a rencontré Banda à Morioka. “Quand j’ai vu Banda, je me suis dit : s’il est prêt à relever un défi, je suis prêt à le faire aussi, et j’ai senti qu’il avait la capacité d’inspirer les autres et de les faire participer”, se souvient Yoshifuji.

Plus tard, Yoshifuji a engagé Banda comme secrétaire. Ce dernier “venait” au bureau tous les jours depuis sa chambre d’hôpital à Morioka en utilisant OriHime pour gérer l’emploi du temps de Yoshifuji et mettre à jour le site web de l’entreprise.

Un jour de 2016, Yoshifuji a dit nonchalamment à OriHime, piloté par Banda, “Tu es mon secrétaire, alors pourquoi ne pas me faire du café ?”. Banda a alors répondu : “Eh bien, alors, fais-moi un corps comme celui-là”. Ces mots sont devenus le point de départ du café du robot avatar.

Cependant, en 2017, alors que Yoshifuji commençait à planifier sérieusement l’ouverture du café, Banda est soudainement tombé malade et est décédé à l’âge de 28 ans. Yoshifuji a été profondément touché et le travail de préparation s’est arrêté pendant environ six mois. Cependant, il a considéré l’ouverture du café comme la “dernière volonté” de Banda et l’a concrétisée.

Concrétiser le projet

Le loyer d’un emplacement de choix à Tokyo pour installer le café n’était pas bon marché, et les cinq à dix pilotes devaient être payés à temps partiel. Mais Yoshifuji n’était pas inquiet et a déclaré : “C’est le premier café au monde où les clients sont servis par des robots avatars, nous pouvons donc leur montrer un monde inconnu. Je serais heureux s’ils s’enthousiasment avec nous.”

“Bien sûr, il y a une possibilité d’échec au début, mais tout ce que nous avons à faire est de trouver la cause et de l’améliorer. Mon objectif ultime est de créer une société où les personnes qui se déplacent en fauteuil roulant ou qui sont alitées en raison d’une maladie ou d’un handicap peuvent avoir l’espoir de pouvoir travailler et de rendre service aux autres. Je veux utiliser le café comme une occasion de faire du travail avec un robot avatar une option dans la société.”

Source: 7sur7.be

Guy Martial Kouassi

Guy Martial Kouassi, Journaliste Web à Ivoirehandicaptv.net depuis 2019. Auparavant, j'ai exercé ce métier tout d'abord sur le site internet www.lebabi.net dans les rubriques Faits divers et High Tech en 2013, ensuite dans le journal papier ''La Synthèse'' au service culture et en ligne www.lasynthèse.net en 2017

2 commentaires

  1. Good site! I really love how it is easy on my eyes and the data are well written. I am wondering how I might be notified whenever a new post has been made. I’ve subscribed to your feed which must do the trick! Have a great day!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
X