SantéSensibilisation au handicapTémoignages

Déborah N’Gouandi : « la thyroïde est une maladie assez gênante »

Ma maladie a été causée par le stress

Les maladies de la thyroïde sont au nombre des handicaps invisibles. Elles se caractérisent par un manque de confiance en soi, un changement brusque d’humeur et divers désagréments qui agissent sur le confort d’un individu. A l’occasion de la journée mondiale de la tyroïde, chaque 25 mai, nous avons recueilli le témoignage de Déborah N’Gouandi, diagnostiquée de l’hyperthyroïdie en 2018.

Publicité

J’ai un problème de dysfonctionnement au niveau de ma thyroïde. C’est en début du mois de  janvier 2018 que cela a commencé. La thyroïde est un organe en forme de papillon qui est situé dans le cou de l’être humain. Tout être humain a une thyroïde. Cet organe produit des hormones qui alimentent plusieurs organes du corps humain. Le cœur en a besoin, le cerveau en a besoin… même l’épiderme en a besoin. La thyroïde produit 3 types d’hormones : le T4, le T3 et le TSH. Chacune de ces hormones ne doit pas dépasser une certaine limite. Quand tu excèdes les limites, tu souffres de l’hyperthyroïdie ou la maladie de Basedow. Lorsque la production des hormones est insuffisante, on parle d’hypothyroïdie. C’est donc lorsqu’il y a un dysfonctionnement au niveau de la thyroïde qu’elle rend l’être humain malade. Moi, dans mon cas c’est l’hyperthyroïdie.  Après la découverte de ma maladie, j’ai fait un mois de traitement à l’hôpital. J’avais des palpitations. Je n’arrivais pas à m’asseoir seule, sans qu’on ne me tienne par le dos ou par les côtés, pour éviter que je ne tombe. Mes frais d’examen ont coûté autour de 90 000 F Cfa et mes médicaments environ 200 000 F Cfa. Lorsque mon médecin m’a informé que mon traitement allait durer très longtemps, cela m’a découragé. J’ai fini par me lasser.

Avant de tomber malade, je pesais 80 kilos. Et après que la maladie se soit déclenchée, j’avais 51 kilos. En moins de 2 semaines, j’ai perdu environ 30 kilos. C’était un choc. Je n’arrivais plus à me regarder dans une glace. Quand mon état de santé s’est légèrement amélioré, j’ai eu un grand appétit. Je mangeais pratiquement chaque 2 heures, avec beaucoup d’envies de nourriture variée. Je consommais 7 repas par jour. Lorsque j’ai pris un peu de force, je ne me trainais plus pour me déplacer et j’arrivais même à me laver sans aucune aide. C’est une maladie assez gênante. Le cou commence à grossir comme dans le cas d’un goitre. C’est vilain à voir. Je dois donc prendre mon traitement au sérieux, pour éviter le pire, pour éviter qu’on ne puisse plus stabiliser le taux d’hormone secrétée par la thyroïde et finalement m’enlever cette thyroïde. A ce stade, je serai obligée de prendre des médicaments à vie. Et pour stabiliser une thyroïde, il faut au minimum 2 années de traitement.

Ma maladie a été causée par le stress. En 2019 j’ai rechuté, après avoir négligé mon traitement. Je ne faisais que dépérir. J’avais vraiment chaud. Je pouvais me laver 2 à 3 fois la nuit. Je dormais avec 2 ventilateurs, en plus d’un climatiseur. Je souffrais d’insomnie et de palpitation. Mais yeux sortaient de leurs orbites. Je faisais la diarrhée. J’étais très faible. J’ai vraiment envie de récupérer comme avant. J’ai changé. La maladie déforme, noircie et fait maigrir, avec des bouffées de chaleur et des palpitations. Je me sens régulièrement fatiguée avec peu de force. Il me faut m’armer de beaucoup de courage pour reprendre à zéro mon traitement et le terminer.

Propos recueillis par

Herman Bléoué  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Démarrer le Tchat
1
💬Besoin d'aide?
Salut👋
Comment pourrais-je vous aider?
Powered by
× Comment puis-je vous aider ?
X