Emploi et FormationSensibilisation au handicap

Création d’un secrétariat d’Etat chargé de la protection sociale/Bohouo Vincent (Pdt d’IPADEMCI) livre ses impressions

C’est avec une grande joie que la communauté des personnes handicapées de Côte d’Ivoire a reçu l’annonce de la création d’un secrétariat d’Etat chargé de la protection sociale qui a été récemment rendu public par la présidence de la république de Côte d’Ivoire.

En effet, en date du 6 avril 2021, dans le gouvernement Achi 1, un secrétariat d’Etat chargé de la protection sociale a été créé. Cette annonce porteuse d’espoir a été la bienvenue pour plusieurs organisations de personnes handicapées dans notre pays.

Publicité

Bohouo Vincent, président de l’Inclusion des personnes amputées et déficientes motrices de Côte d’Ivoire (IPADEMCI) a livré ses impressions à travers un point de presse.

«Chez nous en Côte d’Ivoire, les personnes handicapées sont du ressort de la protection sociale. Si aujourd’hui, nous avons un secrétariat d’état chargé de la protection sociale, je crois qu’il y a une avancée à saluer. Nous étions dans un ministère global et aujourd’hui, nous sommes rattachés à un secrétariat d’état de la protection sociale. Nous aurions tous voulu qu’il y’ ait un secrétariat d’état en charge de la question de l’inclusion des personnes handicapées comme en France. Nous ne sommes pas tous à ce niveau. Comme je l’ai dit dans certains forums, le fait d’avoir un secrétariat d’Etat chargé des personnes handicapées n’est pas une condition sine qua non pour notre inclusion, ce n’est pas aussi une panacée pour résoudre tous les problèmes des personnes handicapées. Quand nous regardons un peu autour de nous, dans la sous-région, tous les anciens et tous les acteurs au niveau du handicap sont tous d’accord pour dire que dans les pays de la sous-région, il y a beaucoup plus d’avancée en matière d’inclusion des personnes handicapées. Ils sont largement en avance sur la Côte d’Ivoire. Pourtant, ils n’ont pas forcément plus de moyens que la Côte d’Ivoire. Dans ces pays, Il y a une volonté politique, il y a une certaine dynamique qui fait que les choses avancent. Au Sénégal, la question du handicap est confiée au ministère de la santé et de l’action sociale, au Mali, la question du handicap est confiée au ministère de la santé et de l’hygiène publique, au Burkina Faso, la question du handicap est confiée au ministère de la femme de la solidarité nationale et de l’action humanitaire, au Niger, la question du handicap est confiée au ministère de la santé et de l’action sociale population, au Togo, la question du handicap est confiée au ministère de l’action sociale… mais cela n’empêche pas que les choses du handicap avancent dans ces pays contrairement au nôtre. Donc, nous sommes tous interpellés à ce niveau parce qu’il y a quelque chose à faire. En Guinée, une loi sur la protection des personnes albinos vient d’être votée et c’est une avancée que nous ne voyons nulle part dans le monde malgré que les personnes handicapées soient rattachées au ministère de l’enfance et de l’action sociale. Nous ne devons donc pas faire une fixation sur le fait d’avoir un secrétariat d’Etat chargé de la Protection Sociale. C’est certes un idéal mais si cela n’est pas atteint, nous pouvons toujours travailler pour notre inclusion. Je reviens sur le cas spécifique du Sénégal. Je participais à un webinaire sur la protection sociale en Afrique subsaharienne. J’ai été subjugué par l’intervention de Dr Sarr, qui est au ministère de la santé et de l’action sociale. Selon elle, il existe un comité interministériel qui se penche de façon périodique sur la question du handicap, ils ont une carte qui est similaire à la carte d’invalidité qu’on nomme la carte d’égalité des chances. Ils ont été original en créant cette carte d’égalité des chances qui ouvre l’accès des personnes handicapées du Sénégal à un panier de services dont l’accès à l’éducation, à la santé, aux filets sociaux, au transport, à l’assurance. Leur subvention permet nettement aux organisations de personnes handicapées de bien s’épanouir. Ils ont même un programme national de réhabilitation à base communautaire. Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, nous avons un secrétariat de la protection sociale, la question qui doit nous revenir est comment nous, personnes handicapées, nous pouvons faire pour que dans cette nouvelle entité la question de handicap ne soit pas occultée. Nous devons donc saisir cette perche qui nous ai lancée à travers cette entité. C’est nous qui devrons prendre notre destin en main pour saisir cette opportunité que nous avons aujourd’hui», a précisé le président de l’Inclusion des personnes amputées et déficientes motrices de Côte d’Ivoire (IPADEMCI).

GMK

Guy Martial Kouassi

Guy Martial Kouassi, Journaliste Web à Ivoirehandicaptv.net depuis 2019. Auparavant, j'ai exercé ce métier tout d'abord sur le site internet www.lebabi.net dans les rubriques Faits divers et High Tech en 2013, ensuite dans le journal papier ''La Synthèse'' au service culture et en ligne www.lasynthèse.net en 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Démarrer le Tchat
1
💬Besoin d'aide?
Salut👋
Comment pourrais-je vous aider?
Powered by
× Comment puis-je vous aider ?
X