ActualitésTémoignages

Côte d’Ivoire: le parcours de Mory Cissé, ancien boxeur professionnel sourd-muet, président de la MUTSCI

Mory Cissé est une personne sourde. Il est président de la Mutuelle des sourds de Côte d’Ivoire (MUTSCI), marié et père de cinq enfants. Dans un entretien accordé à Ivoirehandicaptv.net, il raconte son parcours.

« Je suis né d’une famille où je n’étais pas la seule personne sourde. Il y avait trois personnes sourdes dans la famille. Donc ma mère n’était pas contre mon handicap, elle m’a plutôt aidé comme toutes les autres mères le font pour leurs enfants. Contrairement à d’autres familles où quand des enfants naissent sourds on parle de sorcellerie, de génie et autres », a indiqué Mory Cissé, 62 ans.

Sa passion, il la découvre à Abengourou mais par manque d’encadrement adéquat il est contraint de venir à Abidjan pour vivre son rêve, la boxe, qu’il a pratiquée pendant 8 ans en tant que professionnel.

« La passion pour la boxe est né lorsque j’étais à Abengourou mais là-bas je ne pouvais pas progresser parce qu’il n’y avait personne pour m’encadrer, il n’y avait pas de structure adéquate donc je me suis senti obligé de venir à Abidjan », a expliqué Mory Cissé.

Son arrivée dans la capitale économique n’aura pas été fortuite puisqu’une fois sur place il a fait la rencontre d’un homme qui l’a aidé à pratiquer ce sport qu’il a aimé depuis son enfance. « A 15 ans quand je suis arrivé à Abidjan, j’ai rencontré un ami sourd muet qui avait le même âge que moi et qui était aussi intéressé par la boxe. A l’époque, il y avait un terrain de boxe au Palais des Sports de Treichville. Je me suis donc rendu là-bas. Une fois sur place, j’ai fait la rencontre d’un monsieur à qui j’ai fait part de ma volonté de faire la boxe. Et cette personne m’a demandé si j’étais sûr de vouloir pratiquer la boxe et je lui ai répondu ‘’oui’’. Donc on a commencé les entrainements. Et comme j’avais la volonté de faire cette discipline, j’ai prouvé à cette personne entendante qui voulait m’aider que j’étais déterminé. J’ai été compétent, j’avais de belles performances. J’étais assez professionnel. Et au fur et à mesure que j’évoluais, on m’a donné l’opportunité de voyager, aux Etats-Unis, en Europe etc. », a-t-il relaté.

Malheureusement, M. Cissé n’a pu pratiquer ce sport que huit années seulement. Il a arrêté la boxe à cause d’un coup qu’il a reçu à l’œil lors d’un entrainement. « J’ai arrêté la boxe en 1982, j’avais alors 24 ans. J’ai arrêté la boxe pour des problèmes d’yeux. J’avais, en fait, reçu un coup à l’œil lors d’un entrainement, ce qui a endommagé mon œil », a-t-il fait savoir ajoutant qu’à l’époque feu le président Houphouët lui a offert une maison.

«Ce qui m’a aidé c’est qu’à l’époque le président Houphouët Boigny était encore envie. Vu mon handicap et mes performances, il m’a offert une maison. C’est dans cette maison que je vis actuellement», soutient-il.

Il indique aussi qu’après avoir arrêté la boxe il a embrassé le métier de menuisier. « J’ai dû faire face à la réalité, après avoir arrêté la boxe, et vivre comme toutes les personnes sourdes. Etre confronté au manque d’emploi, à la marginalisation, à la dévalorisation de la personne sourde. Heureusement que j’avais ma maison, il fallait me débrouiller pour payer les factures. Malgré le fait que j’ai eu la gloire, je reste une personne sourde donc ça n’a rien changé. Quand j’ai arrêté, j’ai dû faire la menuiserie, ce qui n’était pas bien rémunéré », déplore le président de la MUTSCI qui dit avoir arrêté la menuiserie en 2002 puisque l’entreprise où il travaillait a fermé à cause de la crise qu’a connu la Côte d’Ivoire. Depuis cette date, il n’a plus exercé d’activité génératrice de revenus.

« Ce qui m’aide, c’est que j’ai eu l’idée de construire des maisons à l’avant et à l’arrière de la mienne. Et je les ai mises en location. C’est avec ça que j’arrive à m’en sortir », a indiqué Mory Cissé, à la tête de la Mutuelle des sourds de Côte d’Ivoire depuis 2019.

Marina N.

Commentaires
Bouton retour en haut de la page
X